Coulisses : le SWET

Déroulement d'un entraînement d'évacuation en eau peu profonde

Imaginez-vous la tête en bas, sous l'eau, attaché dans un cockpit. C'est ce qu'expérimentent les pilotes du Red Bull Air Race lors de leur formation obligatoire pour l'évacuation en eau peu profonde (Shallow Water Egress Training, SWET). Cet entraînement plonge littéralement les aviateurs dans un élément qui n'est pas le leur, mais qui dit Sécurité dit se préparer aux situations les plus improbables. Réaction à chaud des participants...

Chaque saison, le calendrier du Red Bull Air Race compte plusieurs épreuves au-dessus de l'eau. Tous les pilotes en lice pour le championnat du monde et pour la Challenger Cup doivent, une année sur deux, se soumettre au SWET. Ils apprennent non seulement à s'extirper de leur cockpit en toute sécurité au cas où ils se trouveraient en situation d'urgence sous l'eau, mais également à travailler avec les sauveteurs du Falck, prête à intervenir à chaque course.

« C'est important parce que si on finit dans l'eau, on sait comment ouvrir notre verrière et comment utiliser notre réserve d'air. Et le fait de nous entraîner régulièrement nous permet de gérer seuls », explique Harm Neuteboom, instructeur du SWET. Martin Sonka, champion du monde en titre, ajoute : « Le but est d'exercer notre mémoire musculaire pour arriver, le jour où on se trouve dans une situation vraiment stressante, à tout faire automatiquement. »

La formation commence par des cours théoriques et des exercices d'utilisation de l'appareil respiratoire. Puis on monte en puissance : chaque pilote passe plusieurs fois dans un faux cockpit placé au-dessus d'un bassin. Une fois assis, le cockpit est retourné et immergé. « On simule la position retournée de l'avion après avoir heurté la surface de l'eau », explique Matt Hall.

Chacun suit ensuite tout une procédure, de l'utilisation de la réserve d'air – obligatoire dans chaque avion – à l'attente, inconfortable mais nécessaire, que l'eau remplisse le cockpit : « Une fois qu'on est sur la réserve d'air, on peut ouvrir la verrière. Mais il faut parfois 30 secondes avant d'ouvrir parce qu'il faut attendre la fin de l’équilibrage [de la pression]. L'idée est de rester assis sans s'énerver et de respirer lentement. Une fois la verrière ouverte, veiller à ce qu'elle ne se referme pas, se détacher, sortir avec la bouteille et partir en nageant. »

Comme le précise Neuteboom, l'immersion dans l'eau froide peut s'avérer encore un peu plus perturbante pour qui vient d'amerrir de manière inopinée. Il insiste également sur l'importance d'utiliser un point de référence pour éviter de nager accidentellement vers le fond. (Dans certaines parties de la formation, les pilotes portent même des lunettes de plongée fumées pour simuler l'eau boueuse.) Un mot d'ordre : « Rester calme ». Comme le décrit Pete McLeod, « Quand tu es piégé la tête en bas sous l'eau, tu as l'impression que ça dure des heures, mais quand tu l'as fait 2-3 fois, tu sais à quoi t'attendre. Tu te calmes, tu utilises moins d'air et tu as plus de temps pour te sortir de là. »

Un autre exercice du SWET consiste à attendre que l'équipe de secours arrive avant de sortir du cockpit. « L'équipe qui est ici est la même que celle qui nous accompagne en Air Race. Le fait de leur parler [aux pilotes] et d'apprendre comment chacun fonctionne permet d'améliorer chaque mode opératoire, confie Neuteboom. Tout repose sur la confiance. »

En hors-bord il faut généralement une trentaine de secondes aux sauveteurs pour atteindre n'importe quel point du circuit. McLeod commente : « Ils sont vraiment hyper pro et je sais qu'en cas de besoin ils feraient du super boulot. »

En Air Race la sécurité est primordiale et les procédures draconiennes telles que l'entraînement d'évacuation en eau peu profonde permettent de s'y tenir. « Même si on s'entraîne très sérieusement, ce sont toujours des expériences sympa », déclare Sonka qui trouve plutôt amusants ces entraînements surréalistes sous l'eau.

Et Hall de conclure : « Personne ne voudrait prendre les commandes d'un avion qui risquerait de finir à l'eau... Mais c'est essentiel de savoir que si quoi que ce soit devait mal se passer, la même équipe de sauveteurs sera là pour moi et qu'on va pouvoir travailler ensemble pour sortir indemnes. »

Articles connexes
Related Pilots
Master Class Master Class

Martin
Šonka

 Czechia CZE
CLASSEMENT ACTUEL Classement
-
Nb de victoires cette saison Nb de courses gagnées
-
Nb de saisons Nb de saisons
-
Classement dernière saison Classement précédent
-
Master Class Master Class

Pete
McLeod

 Canada CAN
CLASSEMENT ACTUEL Classement
-
Nb de victoires cette saison Nb de courses gagnées
-
Nb de saisons Nb de saisons
-
Classement dernière saison Classement précédent
-
Master Class Master Class

Matt
Hall

 Australia AUS
CLASSEMENT ACTUEL Classement
-
Nb de victoires cette saison Nb de courses gagnées
-
Nb de saisons Nb de saisons
-
Classement dernière saison Classement précédent
-
Master Class Master Class

Matthias
Dolderer

 Germany GER
CLASSEMENT ACTUEL Classement
-
Nb de victoires cette saison Nb de courses gagnées
-
Nb de saisons Nb de saisons
-
Classement dernière saison Classement précédent
-