Flash-back : Abou Dhabi 2018

Chaque saison a l'avantage de commencer par une épreuve toujours pleine de surprises... Quand les équipes arrivent à Abou Dhabi fin janvier 2018 pour la première course, les rumeurs vont bon train dans les hangars concernant modifs, nouveaux membres d'équipes et autres améliorations apportées par les pilotes. Et cet Abou Dhabi-là, on s'en souviendra !

Comme toujours pour la première épreuve de l'année, les équipes bénéficient de sessions d'entraînement supplémentaires avant les essais libres à proprement parler, histoire de remettre en route pilotes et machines, de s'assurer que tout fonctionne bien et de se préparer à encaisser quelques G.

La semaine commence fort lorsque Nicolas Ivanoff accroche un pylône et arrache le nouveau winglet de son avion. Il est contraint de rentrer à la base, où son avion restera cloué tout le weekend. Le Français prend les commandes d'un avion de remplacement mais peu compétitif, avec lequel il sera incapable de renouveler son exploit de 2016 et de gagner.

Lors des essais libres, l'ordre habituel au sommet du tableau est respecté, avec Matthias Dolderer, Michael Goulian et Pete McLeod qui gagnent chacun une session.
Dolderer décroche la pole suivi de Goulian, à tout juste 0,597 s. Yoshihide Muroya, champion du monde 2017 et apparemment en forme, prend la 3e place et le Français Mika Brageot – dont ce n'est que la deuxième saison en Master Class – la 4e. L'Australien Matt Hall tire quant à lui trop de G, prend un DNF et termine 14ee, ce qui lui vaudra de retrouver Dolderer pour son premier duel de l'année.

Les premiers pilotes à s'affronter sont Kirby Chambliss et François Le Vot. Tous deux réalisent de superbes chronos : le Texan sort le deuxième meilleurs temps et le Français le quatrième, ce qui permet à Le Vot d'accéder au Round of 8 en tant que perdant le plus rapide.

Première grosse surprise, l'élimination de Juan Velarde par Ben Murphy, qui participe pourtant à sa toute première course en Master Class. Les deux adversaires écopent de 2 secondes de pénalités pour sur-G, mais le Britannique passe la ligne d'arrivée avec 0,638 s d'avance sur son rival.

Muroya passe facile grâce à l'erreur de Pete McLeod qui dépasse le facteur de charge autorisé et prend un DNF. Dolderer sort lui aussi prématurément pour la même raison et ouvre les portes de la deuxième manche à Matt Hall.

Ben Murphy s'arrête au Round of 8, battu de seulement 0,879 s par Muroya. Le premier Final 4 de l'année oppose donc Michael Goulian (qui a battu Hall), Martin Sonka, Kirby Chambliss et Yoshihide Muroya.

Goulian décolle le premier et réalise un incroyable 53,695 s. Sonka enchaîne et sort un run propre et tout en douceur, mais ne parvient pas à faire mieux que l'Américain. Avec 54,650 s, il accuse presque 1 seconde de retard mais se classe tout de même 3e. Après la course, Sonka se fera disqualifier pour faute technique et sera relégué à la 4e place.

L'autre Américain Kirby Chambliss est le troisième à passer. Il négocie mal son virage à la verticale et est derrière au premier temps intermédiaire. Incapable de revenir, il réalise le 4e chrono mais gagnera ensuite une place grâce à Sonka.

Goulian doit attendre pour savoir si le champion du monde en titre fera mieux que lui. Yoshihide Muroya est contraint d'effectuer une petite correction au passage de la Porte 4. Bien que peu ralenti, cela lui coûte la première place, il termine 2e.

Grâce à cette première victoire en 9 ans, Michael Goulian prend la tête du classement pour la première fois de sa carrière, et donne le ton pour une saison qui s'avèrera riche en événements.

Articles connexes

La saison 2019 du Red Bull Air Race décollera... d'Abou Dhabi !

Pour la 12e année consécutive, le championnat du monde Red Bull Air Race démarrera à 370 km/h au-dessus des eaux cristallines de la belle Corniche d'Abou Dhabi le...
LIRE TOUT L’ARTICLE

Challenger Class : 3 nouveaux pilotes en lice

Un Autrichien, un Suisse et un Américain rejoignent la Challenger Class du Red Bull Air Race
LIRE TOUT L’ARTICLE