Technicien : la clé du Team !

La confiance qui lie les pilotes du Red Bull Air Race et leur technicien est unique et c'est sur ce dernier que reposent les performances mécaniques de chaque run. Le technicien n'est pas uniquement chargé de la rapidité de l'avion, mais aussi de la sécurité du pilote...

« Technicien » : derrière ce petit mot se cachent de multiples compétences, sans lesquelles les avions du championnat du monde Red Bull Air Race ne pourraient réaliser leurs exploits. Le technicien d'une équipe est un ingénieur polyvalent, capable de maîtriser tous les aspects d'un appareil et ses caractéristiques de vol, la mécanique, l'aérodynamique, les circuits électriques et même les effets de la météo et du climat, tout en combinant tous ces facteurs avec une compréhension fine de la manière de voler de son pilote.



Par ailleurs, le technicien sait qu'à chaque fois que l'avion décolle, la sécurité du pilote est entre ses mains. Ted Reynolds, qui travaille pour le Team Velarde depuis que l'Espagnol est sorti de Challenger Cup en 2015, explique son rôle : « Généralement, on est les premiers de l'équipe sur site et les derniers à partir. Notre boulot consiste à monter et démonter l'avion, parfois à installer de nouveaux éléments ou à fixer/remplacer des pièces de la course précédente, voire même à effectuer un petit vol d'essai, selon le planning et l'endroit. »



Mais la mission du technicien ne se limite pas à l'avion : « Il faut aussi qu'on surveille nos pièces détachées/consommables, qu'on ajuste nos boîtes à outils et pièces de rechange, etc. en fonction de nos besoins, et qu'on aie un œil sur nos stocks qui ne cessent d'évoluer. En fonction de chaque étape et du mode d'expédition, les pièces et les stocks en réserve peuvent énormément varier. Il arrive qu'on doive se procurer sur place certains éléments comme des produits dangereux ou des consommables du type rubans adhésifs ou bracelets parce que pour diverses raisons on n'a pas eu l'autorisation de les expédier ou de les importer là où on allait », explique Reynolds.



Quand le temps est ainsi compté, il est essentiel de pouvoir commencer au plus vite et garder le rythme... « Ça nous permet de nous préserver quelques moments de répit et de ralentir la cadence pendant la semaine en cas d'imprévu, et de privilégier une atmosphère détendue dans le hangar pendant les jours de courses. Notre hangar a toujours une atmosphère détendue et c'est essentiel pour Juan et Anselmo – notre technicien – de pouvoir se concentrer sur ce qu'ils ont à faire pendant leurs sessions de vol. Il arrive même à certaines personnes de l'Air race de venir se détendre chez nous pendant leurs heures de travail, donc il n'y a pas que moi qui ai cette sensation ! » confie Reynolds.

Le travail du technicien va bien au-delà des semaines de courses, et toutes les équipes connaissent une intersaison très chargée. « C'est bien évidemment pendant la pause hivernale qu'on effectue la grosse partie du boulot, et au fil des années j'ai passé pas mal de temps comme ça à divers endroits pour réaliser une nouvelle suite de commande/avionique, modifier et monter une nouvelle verrière, fabriquer de nouveaux carénages de roues, de nouveaux wingtips, et j'en oublie. Dès qu'on peut, on gagne un peu de temps, et si on a plusieurs courses à peu près dans la même région et qu'on n'a rien à expédier, on peut par exemple cacher l'avion quelque part entre deux épreuves et essayer de faire ce qu'il y a à faire. »



Alors qu'est-ce qui peut bien donner mal au crâne à un technicien ? Reynolds ne peut parler qu'en son nom, mais de son propre aveu : « Juan me demande toujours d'éteindre ma musique. Je dois avoir quelque chose comme 12 000 titres sur mon iPod alors on devrait pouvoir se trouver une bonne petite playlist mais je crois qu'il a juste besoin de se concentrer sur ce qu'il a à faire et à penser sans que ça lui tape dans les oreilles. Du coup quand je reviens au hangar je trouve souvent mon matos éteint. Il n'avoue pas toujours que c'est lui mais on le sait bien... » s'amuse Reynolds.



Le Team Velarde et Reynolds seront sur le pont lors de l'épreuve inaugurale d'Abou Dhabi les 2 et 3 février, prenez vos billets ICI.

Articles connexes

Goulian : « Le Team joue un rôle majeur »

En sports mécaniques, tout tourne autour de l'équipe. À l'instar d'un moteur bien réglé, si le Team ne fonctionne pas bien, les problèmes s'enchaîn...
LIRE TOUT L’ARTICLE

L'envers du décor : le travail des juges

En Red Bull Air Race, comme dans tout sport mécanique, l'équité joue un rôle essentiel lors des courses, où les juges se portent garants du respect des règles par...
LIRE TOUT L’ARTICLE

Technicien : la clé du Team !

La confiance qui lie les pilotes du Red Bull Air Race et leur technicien est unique et c'est sur ce dernier que reposent les performances mécaniques de chaque run...
LIRE TOUT L’ARTICLE