Activé
2003
Imaginé par le groupe de réflexion de Red Bull Sports en 2002, le Red Bull Air Race débute en 2003 sous la forme de Séries internationales. Spectacle visuel unique en son genre, il attise très vite l'intérêt des pilotes et des fans. Le Hongrois Peter Besenyei, l'un des pères fondateurs du concept, remporte naturellement la première saison.
2004
Les Red Bull Air Race World Series reviennent en 2004, cette fois-ci avec 11 pilotes en lice. Au terme d'une saison tendue composée de 3 courses opposant les USA, le RU et la Hongrie, c'est l'Américain Kirby Chambliss qui sort victorieux, suivi de Peter Besenyei (2e) et du Britannique Steve Jones et de l'Allemand Klaus Schrodt (3e ex-aequo).
2005
En 2005, 10 pilotes triés sur le volet disputent 7 courses aux 4 coins du monde avec des étapes au RU, aux USA et en Europe. L'Américain Mike Mangold, ancien pilote de chasse de l'US Air Force, s'impose dès sa première saison en remportant 5 des 7 courses. Mangold totalise 36 points tandis que Peter Besenyei prend la 2e place avec 32 points, suivi de l'Américain Kirby Chambliss, 3e avec 21 points.
2006
En 2006, la saison compte 8 courses et 11 pilotes. Cette année-là Chambliss est imbattable et remporte 4 courses sur 8. Chambliss accumule 38 points et Peter Besenyei se contente une nouvelle fois de la 2e place avec 35 points, suivi de Mangold à 30 points.
2007
En 2007, le championnat du monde Red Bull Air Race passe à 10 courses et 13 pilotes, et compte la toute première course en Amérique du Sud, à Rio de Janeiro, Brésil. Hannes Arch (AUT) et Sergey Rakhmanin (RUS) intègrent le championnat. C'est une lutte acharnée entre Mangold et le Britannique Paul Bonhomme, chacun remportant 3 courses. Ils terminent la saison à égalité à 47 points, mais Mangold décroche le titre au tie-break. Besenyei termine 3e avec 31 points.
2008
2008, une saison de 8 courses et 12 pilotes. Alors que ce n'est que sa deuxième saison, l'Autrichien Hannes Arch devient le premier Européen à remporter le championnat du monde. Bonhomme, qui veut sa revanche sur 2007, domine la première moitié de saison avec 3 victoires. Mais il ne parvient pas à garder le rythme pendant la seconde moitié du championnat du monde Red Bull Air Race 2008. Arche ne remporte que 2 course – Budapest et Porto – mais monte sur 7 podium sur 8 pour finir à 61 points contre 54 pour Bonhomme. Chambliss monte sur la 3e marche avec 46 points.
2009
En 2009, le championnat du monde Red Bull Air Race voit s'ajouter 4 nouveaux pilotes pour arriver à un total de 15, dont le premier Asiatique, le premier Canadien et le premier Australien, Yoshi Muroya, Pete McLeod et Matt Hall. L'Allemand Matthias Dolderer fait également son entrée dans la compétition.
Arch prend vite la tête et la conserve jusqu'à la quatrième course, où Bonhomme passe devant et gagne trois courses d'affilée, ce qui lui vaudra de remporter son premier titre.

2009 sera sans aucun doute la saison la plus disputée de l'histoire de ce sport : 8 des 15 pilotes montent sur le podium et 11 d'entre eux finissent au moins une fois dans le top-5.
2010
En 2010 Bonhomme égale le record de Mangold en devenant le deuxième pilote de l'histoire à remporter deux titres de champion du monde. Il termine chacune de ses 6 courses sur le podium, dont deux victoires. Arch le talonne à la 2e place avec 4 victoires en 6 courses, mais sa 11e place à la première course d'Abou Dhabi lui coûte le titre. Avec trois 2e places et trois 4e places, l'autre Britannique Nigel Lamb monte sur la 3e marche du podium.
2014
Le grand retour de 2014 marque une nouvelle ère pour le Red Bull Air Race. Grâce à de nouvelles règles et aux normalisations, la dynamique d'équipe s'avère plus importante que jamais et les tacticiens font peu à peu partie intégrante des hangars. Au démarrage de la saison, Bonhomme et Arch partent favoris. Mais à la troisième course, à Putrajaya en Malaisie, le Britannique Nigel Lamb remporte sa première course. Il terminera toutes les autres à la 2e place. Tout se joue à Spielberg, en Autriche, quand le trio s'affronte pour le titre. Lamb s'impose et vient enrichir le palmarès britannique, notamment grâce à des winglets qui feront dès lors fureur dans les autres écuries. À retenir : Pete McLeod, Yoshihide Muroya et Martin Šonka montent sur leur tout premier podium en Red Bull Air Race.

Autre fait marquant de 2014, la création de la deuxième division de la discipline, la Challenger Cup, créée pour aider les pilotes d'exception à développer les compétences nécessaires en course aérienne en vue d'évoluer un jour en championnat du monde au sein de la Master Class. Onze pilotes y participent, avec les six meilleurs qui se disputent la victoire lors d'une grande finale. Petr Kopfstein (CZE) remporte le tout premier titre de champion de Challenger Cup.
2015
En 2015, le Japon accueille pour la première fois le Red Bull Air Race, sous le regard de 120 000 fans venus acclamer leur héros national, Yoshihide Muroya. Les anciens Challengers François Le Vot (FRA) et Juan Velarde (ESP) accèdent à la Master Class. Chez les Masters, le Britannique Bonhomme et l'Australien Hall se disputent le titre, après la toute première victoire de Hall à Spielberg (Autriche). Cette saison se terminera de manière spectaculaire à Las Vegas avec la victoire de Hall mais Bonhomme cumule assez de points pour remporter son deuxième titre mondial, suivi de l'Australien et de l'Autrichien Arch (3e). En deuxième division, le Français Mika Brageot remporte la Challenger Cup.

En fin de saison, Peter Besenyei, légende vivante de la discipline, annonce son départ à la retraite, mettant un terme à une carrière de 10 saisons, 8 victoires et le premier titre de l'histoire. Bonhomme cesse lui aussi de courir et restera le meilleur pilote d'Air Race de tous les temps avec 19 courses gagnées et 3 titres.
2016
Le départ de Bonhomme et Besenyei rouvre les portes de championnat du monde et le tenant du titre n'a après cela plus jamais été deux fois le même.

Matthias Dolderer est le plus rapide à s'engouffrer dans la brèche et domine largement la saison 2016 pour devenir le premier champion du monde allemand, et le premier pilote à remporter le titre une course avant la fin de la saison. Il soulève le trophée sur l'Indianapolis Motor Speedway, qui reçoit le Red Bull Air Race pour la première fois. Hall se retrouve une nouvelle fois sur la 2e marche, Hannes Arch sur la 3e.

Cette saison voit l'entrée en championnat du monde de deux pilotes issus de Challenger Cup, le Tchèque Petr Kopfstein et le Slovène Peter Podlunšek, et la sortie de Nigel Lamb, qui prend sa retraite après 64 courses. Florian Bergér remporte la Challenger Cup, c'est un doublé allemand.
2017
La campagne 2017, hors normes, , voit l'arrivée de deux anciens pilotes de Challenger Cup accéder au championnat du monde : le Français Mika Brageot et le Chilien Cristian Bolton. La rivalité entre Šonka et Muroya s'intensifie, tandis que Chambliss remporte 2 épreuves – dont Kazan, première course dans le ciel de Russie. Le Canadien Pete McLeod s'offrira un quartet de podiums pendant la saison.

Lors de la finale de la saison à Indianapolis, la première manche oppose Šonka et Muroya. Muroya l'emporte malgré une pénalité mais Šonka remporte son billet pour le tour suivant en tant que perdant le plus rapide. Les deux adversaires se retrouveront en Final 4. Au dernier run de la saison, Šonka ne parvient pas à égaler le record du tour de Muroya et l'Asie célèbre son premier titre mondial, avec Šonka 2e et McLeod 3e du classement général. Florian Bergér devient le premier pilote à remporter deux titres d'affilée en Challenger Cup.
2018
La saison 2018 sera l'une des plus serrées de l'histoire du championnat du monde. O se souviendra des prouesses du Britannique Ben Murphy , qui, 7e du général, réalise la plus belle première saison qu'aucun autre ancien Challenger n'ait jamais faite. Arrivés en finale, 7 petits points séparent les trois meilleurs du classement : L'Américain Michael Goulian, le Tchèque Šonka et l'Australien Hall. Pour la deuxième année d'affilée, le titre se jouera au dernier run de la dernière course, mais cette fois-ci c'est Šonka qui décroche le titre, battant Hall (2e) de tout juste 0,304 s, tandis que Goulian s'offre la 3e place. Luke Czepiela devient le premier Polonais à décrocher un titre en Red Bull Air Race.
2019
Dernière saison du Red Bull Air Race, 2019 sera condensée en 4 courses, chacune s'avérant à couper le souffle, marquée par des G à n'en plus finir et des finishs hallucinants.

Pour la première fois depuis 2010, des points sont attribués pour le titre mondial lors des qualifications. Les trois meilleurs qualifiés engrangent tous des points. 3 pour le 1er, 2 pour le 2e et 1 pour le 3e.

Le Japonais Muroya part sur les chapeaux de roues et remporte les 28 points disponibles dès l'ouverture de la saison en remportant et les qualifications et la course. Martin Sonka arrive 2e et Michael Goulian 3e, avec un podium très similaire à l'année précédente. De son côté Hall ne fait pas mieux que 5e à cause de problèmes moteur, et l'Australien luttera jusqu'à la fin.

Muroya remporte la deuxième course de la saison à Kazan, en Russie, suivi de Hall (2e) et de Šonka (3e). Goulian ne fait pas mieux que 10e et avec une saison aussi courte il perd tout espoir de remporter le titre.

La troisième course se jouera sur le nouveau site hongrois de Balaton. Hall s'impose, Ben Murphy monte sur son premier podium (2e) et Pete McLeod arrive 3e, suivi de Sonka, 4e. Après deux superbes résultats, Muroya réalise un Round of 14 compliqué et termine à la 12e place avec seulement 2 points.

En arrivant en finale, Sonka mène le championnat du monde de 4 points devant Hall et 10 devant Muroya. Sonka gagne 2 points supplémentaire en prenant la 2e place des qualifications, mais une journée de course désastreuse le relègue à la 13e place, lui ôtant toutes chances de gagner un second titre d'affilée.

Seuls Muroya et Hall peuvent encore prétendre au titre. Ils se hissent ensemble en Final 4, constituant une affiche de rêve pour l'ultime finale. Si Muroya gagne la course, Hall, pour être couronné champion du monde, doit faire au moins 3e. Le Japonais décolle et réalise un superbe 58,630 s. Hall doit faire mieux que McLeod, qui vient d'arrêter le chrono sur 1:04.028. Hall pilote assez bien pour arriver 3e et, malgré la victoire de Muroya pour cette course, l'Australien remporte enfin le championnat du monde Red Bull Air Race... d'un point !